Ballade à la gloire de Bertrand Du Guesclin

Ballade à la gloire de Bertrand Du Guesclin
… qui deuil n’en fait, et qui ne prie, il erre…
Eustache Deschamps (1346-1406)

Ce chant funèbre est composé de trois strophes dont les deux derniers versconstituent l’envoi puis le refrain : … «afin qu’à tous de sa mort le coeur serre : Pleurez, pleurez, fleur de Chevalerie…» Le poète rend hommage au Dogue noir, le Connétable du Guesclin (1320-1380) que Charles V le Sage (1338-1380) fit enterrer à Saint Denis dans la sépulture des rois de France. Dans l’imaginaire français, Le Dogue, ce bon chasseur d’anglais, est un héros à la loyauté absolue. En effet, il ne changea jamais d’allégeance. Deschamps, disciple du poète Guillaume de Machaut (1300-1377), fut contemporain de François Villon, Charles d’Orléans (1394-1465) et Christine de Pisan (1364-1430), qui vont créer avec leurs rondeaux, ballades, chants royaux, lais et virelais… un nouvel art poétique. Le trouvère Jean dit Cuvelier, est l’auteur d’une geste engagée sur Du Guesclin puis Jean Froissart (1337-1404), dans ses Chroniques, forgea la légende du preux chevalier Bertrand. Cependant, certains Bretons en ont fait la figure du traître précisément en raison de son engagement pour les Valois. Deschamps semble y faire référence aussi : Ô Bretagne, pleure ton espérance…

Estoc (1) d’honneur et arbre de vaillance,
Coeur de lion, épris de hardement (2),
La fleur des preux et la gloire de France,
Victorieux et hardi combattant,
Sage en vos faits et bien entreprenant,
Souverain homme de guerre,
Vainqueur de gens et conquéreur de terre
Le plus vaillant qui onques (3) fut en vie,
Chacun pour vous doit noir vêtir et querre (4) :
Pleurez, pleurez, fleur de Chevalerie !

Ô Bretagne, pleure ton espérance,
Normandie, fais son enterrement,
Guyenne aussi, et Auvergne or (5) t’avance,
Et Languedoc, quier (6) lui son monument :
Picardie, Champagne et Occident
Doivent pour pleurer acquerre (7)
Tragédiens, Aréthuse (8) requerre (9)
Qui en eaue (10) fut par ses pleurs convertie,
Afin qu’ à tous de sa mort le coeur serre :
Pleurez, pleurez, fleur de Chevalerie !

Hé ! Gens d’armes, ayez en remembrance (11)
Votre père, – vous étiez si (12) enfants ! –
Le bon Bertrand, qui tant eu de puissance,
Qui vous aimait si amoureusement ;
Guesclin priait : priez dévotement
Qu’il puist (13) paradis conquerre (14) ;
Qui deuil n’en fait, et qui ne prie, il erre ;
Car du monde est la lumière faillie (15) ;
De tout honneur était la droite serre (16) :
Pleurez, pleurez, fleur de Chevalerie !

1. Épée
2. troupeau, meute / hardi / dur valeureux
3. jamais
4. se procurer (des habits de deuil) / impératif quier : acquerre, requerre, conquerre
5. maintenant
6. quérir, chercher
7. acquérir
8. nymphe transformé en fontaine
9. retrouver
10. eau
11. souvenir, terme anglais
12. ses
13. puisse
14. conquérir
15. éteinte
16. la seule sauvegarde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.